fbpx

La consommation d’énergie de Bitcoin est-elle un problème pour le monde

Share This Post

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

L’avenir du monde est le Bitcoin. De nombreuses personnes sont actuellement confrontées à des menaces de remplacement d’emploi par des machines et de cyberattaque lors du transfert de devises, ce qui signifie que beaucoup sont susceptibles de rejoindre l’exploitation minière Bitcoin. C’est l’une des technologies les plus révolutionnaires de ce siècle; cependant, il a fait l’objet de critiques en raison de la consommation d’énergie et des émissions de CO2. Le taux de consommation d’énergie Bitcoin, selon les experts, est supérieur à celui de la Suisse et de l’Irlande. L’accent mis sur le côté négatif incite actuellement les gens à se concentrer sur le Bitcoin en tant que danger environnemental plutôt que sur une technologie qui peut être modifiée pour répondre aux besoins de durabilité. Au départ, toutes les technologies disponibles n’étaient pas durables. Pourtant, une modification et une réingénierie rapides les ont conduits là où ils sont actuellement un cas en main: l’avion et d’autres locomotives.

Pourquoi le Bitcoin consomme-t-il de l’énergie?

Chaque innovation et technologie consomme de l’énergie; cependant, le taux de consommation d’énergie varie en fonction de la fonctionnalité, des performances et de la nature des composants composant l’ensemble de la technologie. Le Bitcoin en raison de la fonctionnalité et de la complexité de ses processus est susceptible de consommer plus d’énergie que d’autres innovations.

La source de forte consommation d’énergie du Bitcoin est attribuée à l’algorithme utilisé dans l’extraction des transactions Bitcoin. Comparé à d’autres algorithmes, cet algorithme, également appelé preuve de travail, est un géant assoiffé de puissance informatique. Sa complexité le rend impropre à une utilisation par une seule machine. Ceux qui sont engagés dans l’extraction de Bitcoin à temps plein ou à grande échelle ont donc besoin de nombreuses machines pour répondre à leurs besoins. La preuve de travail garantit une autorité de confiance et un consensus dans le réseau Bitcoin. L’augmentation du nombre de machines pose un nouveau défi: le coût et l’énergie nécessaires au refroidissement et à l’éclairage des maisons / entrepôts miniers Bitcoin.

Le Bitcoin est rendu complexe en raison de la complexité des puzzles. De nombreux mineurs sont toujours en compétition pour résoudre les énigmes afin d’obtenir plus de travail. Le casse-tête du gagnant prend toutes les dix minutes, ce qui a amené les mineurs à acquérir des machines complexes qui peuvent effectuer des opérations complexes et multiples simultanément. De tels systèmes consomment plus d’énergie en raison du nombre accru de logiciels fonctionnant en même temps.

Le fait que Bitcoin nécessite de l’énergie pour fonctionner ne peut être ignoré. L’énergie est le moteur de la réussite des transactions Bitcoin et de la sécurité. Au lieu de critiquer, l’accent devrait être mis sur le développement de nouvelles méthodes énergétiques et rentables.

La nature complexe des opérations Bitcoin fait des dépenses énergétiques les principales dépenses dans les états financiers des sociétés minières Bitcoin et des particuliers. Le Credit Suisse estime que les coûts énergétiques devraient augmenter à mesure que le Bitcoin deviendra une monnaie mondiale. Si tel est le cas, un moment viendra où d’autres mineurs cesseront leurs activités en raison de l’escalade des coûts énergétiques.

Consommation d’énergie mondiale actuelle de Bitcoin

De nombreuses études se concentrent sur la consommation actuelle d’énergie par Bitcoin. Ces études se sont concentrées sur les principales opérations consommatrices d’énergie et les composants tels que l’éclairage, le refroidissement, la preuve de travail et le matériel utilisé pendant l’extraction.

L’une des dernières méthodologies en ligne utilisées pour estimer la consommation d’énergie Bitcoin est le Cambridge Bitcoin Electricity Consumption Index (CBECI). Cette méthodologie en ligne estime d’abord la quantité totale d’énergie utilisée pour la maintenance du réseau Bitcoin, suivie de la consommation annuelle d’énergie de Bitcoin. Selon CBECI, Bitcoin consomme actuellement plus de 7 GWh d’électricité. La consommation est estimée à 64 térawatts par an. Ces niveaux de consommation placent la consommation mondiale d’énergie de Bitcoin plus que la consommation annuelle d’électricité en Suisse.

D’autres approches, comme l’approche descendante, estiment que les transactions Bitcoin utilisent actuellement 35 à 41 térawatts par an. Une étude menée par Michael Rauch et Garrick Hileman en 2018 révèle que les six principales installations minières Bitcoin consommaient entre 5,9 et 12,7 gigawatts d’électricité. Selon l’indice de consommation d’énergie Bitcoin, une seule transaction Bitcoin émet 252,87 kg de CO2 et 86,60 grammes de déchets électriques. Le niveau d’émission de déchets électriques a conduit les analystes de l’énergie à classer les transactions Bitcoin comme sources potentielles de risques radioactifs susceptibles donc de provoquer le cancer. Par rapport à d’autres moyens de paiement, les Bitcoins consomment plus d’énergie. Les visas sont l’un des moyens de paiement les plus reconnus. Selon la société VISA, leurs opérations de paiement consomment environ 674922 gigajoules d’énergie.

Ces données ont des valeurs et des conclusions variables en raison des méthodologies et des hypothèses appliquées au cours de l’enquête. La deuxième cause de ces variations est la difficulté de retrouver tous les mineurs de Bitcoin pour déterminer leur consommation d’énergie. La troisième cause est le fait que les grands mineurs de données ont opté pour des sites éloignés comme la Mongolie, en Chine, pour utiliser l’énergie géothermique pour faire de l’exploration de données. Certains de ces emplacements distants ne se trouvent pas dans les réseaux électriques. Toutes ces recherches ont montré à quel point le Bitcoin a soif d’énergie et nécessite une attention immédiate.

Discussion raisonnable

Même si de nombreuses études ont révélé que Bitcoin est le leader mondial de l’énergie, CBECI et Katrina Kelly-Pitou, professeure à l’Université de Pittsburgh, mettent le monde au défi de se concentrer sur le Bitcoin dans d’autres dimensions et ses impacts mondiaux. Le défi est encore validé par le fait que l’Islande connaît une augmentation du nombre de mineurs Bitcoin par rapport à tout autre pays, mais qu’elle dépend principalement des énergies renouvelables.

Les fanatiques, les partisans et les analystes de Bitcoin défient actuellement les critiques de Bitcoin de comparer la consommation d’énergie et les émissions de carbone avec certaines des technologies à leurs débuts. La réponse à ce défi nous amène à conclure que la technologie et les innovations sont appelées à évoluer. À mesure qu’ils évoluent pour répondre aux demandes et deviennent conviviaux, leur objectif principal est de devenir durable et de se concentrer sur la sécurité mondiale. Le monde ne devrait plus blâmer Bitcoin pour sa consommation et ses émissions; ils devraient plutôt se concentrer sur les moyens de rendre le Bitcoin économe en énergie et dépendant des énergies renouvelables plutôt que des énergies fossiles. L’utilisation d’énergie renouvelable pour alimenter les opérations Bitcoin éliminera l’utilisation de combustibles fossiles et d’énergie nucléaire, réduisant les émissions de carbone déjà élevées de ces sources.

Après avoir été critiqué pour la consommation d’énergie, les informations sur la consommation d’énergie Bitcoin sont actuellement médiatisées, de nombreux points de vente diffusant des chiffres plus exagérés que les chiffres factuels. Si l’obtention des chiffres factuels est actuellement un défi en raison des limites des enquêtes et des systèmes d’estimation, pourquoi le monde ne se concentre-t-il pas sur les approches pour améliorer le Bitcoin?

Remède à la consommation d’énergie Bitcoin

Les solutions à la consommation d’énergie sont disponibles; le problème est: ils n’ont pas été largement adoptés et certains sont en cours de production. La plus grande solution consiste à changer la façon dont le processus d’extraction est effectué. De quelle façon précisément? Bien que le piratage soit parfois contraire à l’éthique et se traduit par une infraction pénale, un groupe de pirates a développé une solution appelée PIVX. La solution réduit la «faim d’énergie» de la preuve de travail pour garantir qu’une seule machine peut exécuter l’algorithme complexe. Cette solution vise à réduire le nombre de machines impliquées dans l’exploitation minière quelle que soit la taille de l’exploitation minière Bitcoin, réduisant ainsi les quantités de CO2 émises dans l’environnement.

Des sociétés comme Ethereum et EOS adoptent actuellement la preuve PVIX de la participation. La preuve d’enjeu réduit les émissions de carbone, ce qui favorise l’efficacité en garantissant que les mineurs peuvent exploiter avec un équipement abordable. Le réseau PVIX a le même nombre que les nœuds Bitcoin; cependant, il est rentable et économe en énergie et peut être alimenté par des sources d’énergie renouvelables telles que l’énergie solaire. L’utilisation du pouvoir de participation PVIX est applicable à des fins personnelles et commerciales.

La troisième solution consiste à alimenter pleinement les opérations d’extraction de Bitcoin à partir d’énergie renouvelable. Le coût d’achat de panneaux solaires est actuellement subventionné et l’un des pionniers des énergies renouvelables, Elon Musk, vient de présenter au monde la plus grande centrale solaire d’Australie. S’appuyer sur l’énergie solaire et la batterie au lithium apporte plus d’avantages à l’environnement que les méthodes énergétiques actuelles. L’utilisation de l’énergie solaire pourrait également conduire à d’autres parties inexploitées du monde, comme les semi-déserts et les déserts, qui seraient mis à profit par la génération d’énergie solaire.

Enfin, un nouveau défi va aux fabricants de logiciels et de matériel. Ils devraient proposer des systèmes complexes qui consomment moins d’énergie. Cela garantira que les mineurs peuvent utiliser un nombre réduit de machines pour répondre à leurs demandes, réduisant ainsi la consommation d’énergie et les niveaux d’émission de carbone.

Conclusion

L’avenir du monde est le Bitcoin et d’autres innovations à venir. Aucune technologie ne commence à un point parfait, mais plutôt les modifications et les découvertes rendent un système meilleur et efficace au fil du temps. La discussion devrait passer des niveaux de consommation d’énergie Bitcoin et des niveaux d’émission de carbone aux moyens de rendre l’efficacité des transactions Bitcoin. Le déplacement des discussions en cours entraînera l’optimisme dans le monde tout en leur posant un défi de faire du Bitcoin une avenue durable pour l’emploi futur. La nouvelle discussion devrait également se concentrer sur les énergies renouvelables et le Bitcoin. Il devrait se concentrer sur la quantité de gouvernements qui devraient générer de l’énergie renouvelable pour couvrir les opérations Bitcoin plutôt que sur les combustibles fossiles et nucléaires. Toutes ces méthodes ont été essayées. Le défi consiste à les placer dans des opérations à grande échelle et à adopter une législation qui soutiendra de telles initiatives.

More To Explore

Do you need help with your Bitcoin business?

We are more than a mining facility; we are your mining partners. Whether you're an amateur or a professional miner, our goal is to make your mining more profitable by offering the latest and most efficient ASIC mining solutions.